You are here

Le gouvernement de l'Ontario réduit le fardeau des droits de scolarité de dix pour cent pour les étudiants

Pour la première fois en Ontario, les étudiantes et étudiants de l'ensemble des collèges et universités financés par les fonds publics verront leurs droits de scolarité diminuer de dix pour cent grâce à une réduction des droits de scolarité à l'échelle de la province instaurée par le gouvernement de l'Ontario.
 
Il y aura également un recentrage du Régime d'aide financière aux étudiantes et étudiants de l'Ontario (RAFEO) pour garantir que le programme demeure viable et pérenne pour les futurs étudiantes et étudiants tout en consacrant une plus grande proportion du financement du RAFEO aux familles qui ont le plus besoin d'une aide financière.
 
La ministre a également annoncé une mesure en faveur de la liberté de choix chez les étudiants qui permettra à chaque étudiante et étudiant de l'Ontario de décider de quels frais de scolarité elle ou il souhaite s'acquitter et de la façon dont cet argent sera attribué. Les frais destinés aux initiatives essentielles en matière de santé et de sécurité sur les campus continueront d'être obligatoires.
 
Faits en bref

  • La réduction des droits de scolarité du gouvernement pour 2019-2020 est historique. En effet, il s’agit de la première fois que les droits de scolarité des étudiants de l’Ontario diminuent, et ce, dans tous les programmes admissibles à un financement.
  • Les droits de scolarité moyens en Ontario ont augmenté considérablement depuis le milieu des années 1990 et sont actuellement les plus élevés de toutes les provinces canadiennes.
  • Un étudiant du Conestoga College inscrit à un programme de soins infirmiers auxiliaires verrait une réduction de 300 $ de ses droits de scolarité de l’année scolaire 2019-2020.
  • Un étudiant de premier cycle en arts et en sciences de l’Université de Guelph verrait une réduction de 700 $.
  • Un étudiant en ingénierie de l’Université Carleton verrait une réduction de 1 120 $.
  • Les étudiants paient des frais en plus des droits de scolarité, dont le montant peut aller de quelques centaines de dollars à 2 000 $ par année scolaire.
  • La vérificatrice générale a récemment déposé un rapport dans lequel elle soulignait ses préoccupations concernant tant la gestion du RAFEO que les dépenses excessives relatives au programme. Le rapport concluait que l’augmentation des dépenses du gouvernement précédent dans le cadre du RAFEO n’a pas entraîné une augmentation proportionnelle du nombre d’inscriptions.
  • Le gouvernement administrera un fonds pour aider les petits établissements du Nord à s’adapter à la réduction des droits de scolarité.